Blog Auto-Entrepreneur

Toutes les actualités et les idées autour de l'auto-entreprise et du travail freelance sont dans ce Blog Auto Entrepreneur.

En tant qu’étudiant, vous souhaitez arrondir vos fins de mois ou financer vos études. Vous avez entendu parler du statut d’auto-entrepreneur (qui porte maintenant le nom de micro-entrepreneur) et souhaitez sauter le pas. Ce statut permet en effet de démarrer une activité rapidement, nous vous en avons parlé dans un article dédié à la création d’une auto-entreprise. Être étudiant et auto-entrepreneur c’est possible. Voici tout ce qu’il faut savoir pour créer son auto-entreprise quand on est étudiant.

Majeur ou mineur

En premier lieu il faut bien définir la différence entre les étudiants majeurs et les étudiants mineurs. Si vous avez plus de 18 ans, aucun souci, vous pouvez profiter du statut d’auto-entrepreneur sans contraintes. En revanche, si vous n’avez pas encore l’âge légal, il y a une distinction à prendre en compte : l’émancipation.

Etudiant mineur non-émancipé : il peut exercer une activité libérale non réglementées (graphiste, développeur web…) ou une activité artisanale spécifique (nettoyage de véhicules, jardinage, cours d’informatique à domicile…). La loi interdit par contre à un mineur non-émancipé d’exercer une activité commerciale.

Etudiant mineur émancipé : Il peut exercer une activité libérale non réglementée ou artisanale. Il peut également exercer une activité commerciale (sous réserve de l’approbation du juge de tutelle ou du président du Tribunal de Grande Instance).

La domiciliation

La domiciliation permet de recevoir tous vos documents administratifs. Plusieurs choix s’offre à vous. Le plus simple est de domicilier votre auto-entreprises au domicile de vos parents. Vous pouvez également choisir votre domicile ou opter pour un service payant de domiciliation d’entreprise.

Fiscalité et imposition

Si vous avez entre 18 et 25 ans vous avez la possibilité de faire une demande d’ACRE afin de bénéficier d’une réduction de vos charges sur 3 ans. Ensuite, vous serez soumis au taux de prélèvement classique à savoir : 12,8% du chiffre d’affaires pour les activités de vente de marchandises et de 22% du chiffre d’affaires de l’auto-entrepreneur pour les prestations de service.

A ces charges viendra s’ajouter l’imposition sur le revenu. Il faudra choisir entre deux solutions :
- déclarer ses revenus seul : vous sortez du foyer fiscal de vos parents et vous déclarer vos revenus seul. Préférez le prélèvement libératoire (impôts payés en même temps que les charges) afin d’éviter les mauvaises surprises.

- être rattaché au foyer fiscal de ses parents : vos revenus sont alors additionnés à ceux de vos parents et à inscrire sur leur déclaration de revenu. Attention, ceci peut engendrer un changement de tranche fiscale. Faites bien vos calculs.

Le cumul des statuts étudiant et auto-entrepreneur

Cumuler les deux statuts n’aura pas de conséquences instantanées sur les aides dont vous bénéficiez (CAF, APL, bourses du CROUS).

CAF
Pour la CAF, rien ne change, vous serez toujours considéré comme un étudiant. En revanche, votre déclaration de revenu peut avoir un impact sur la sommes que vous perceviez.

APL
Les APL sont calculées sur votre déclaration de revenu N-2. Votre nouveau statut d’auto-entrepreneur aura donc un impact sur le montant dont vous aviez droit uniquement dans deux ans.

Bourses
De la même manière les bourses versées par votre CROUS sont calculées en fonction de la déclaration de revenu N-2. Pensez à bien réaliser vos calculs en amont en prenant compte de votre situation (rattachement au foyer parental ou non…)

La sécurité sociale

Le statut d’étudiant vous permet de conserver votre Sécurité Sociale ou celle de vos parents. C’est à dire que les remboursements et l’assurance maladie ne sera pas pris en charge par le régime des indépendants. Néanmoins lors du paiement de vos charges, une cotisation sociale sera bien perçue par l’URSSAF.

Etre étudiant et auto-autrepreneur c’est donc possible. N’attendez plus pour vous lancer. Nous sommes là pour vous accompagner pendant les démarches de création et la gestion de votre auto-entreprise

Vous débutez ou vous êtes un auto-entrepreneur chevronné. Encaisser les règlements de ses clients reste toujours une épreuve. Vous pouvez tout à fait accepter des espèces pour commencer, mais vous serez vite limité (pas d’encaissement au-dessus de 1000€). Voici donc, les différentes solutions qui s’offrent à vous afin de récupérer les montants qui vous sont dus.

Le chèque

C’est le moyen de paiement le plus courant chez les indépendants. Il est facile et rapide à récupérer auprès de vos clients. Le chèque est une preuve physique du paiement et regroupe toutes les coordonnées de votre interlocuteur. L’avantage reste le contact humain avec le client lorsque vous venez récupérer votre chèque à la fin du mois. Vous pouvez également utiliser le chèque pour morceler un gros montant que vous avez facturé avec votre auto-entreprise. En revanche, l’inconvénient principal réside dans le fait de se déplacer à la banque pour déposer ses chèques et aussi de tomber sur un chèque sans provision. :s

Le terminal de Carte Bleu

C’est un moyen simple mais souvent onéreux lorsque vous devez passer par un établissement bancaire pour encaisser vos clients. Heureusement pour vous, il existe des start-up qui ont pensé à vous. Les sociétés Sum Up ou iZettle proposent de petits terminaux mobiles qui se connectent sur votre smartphone via bluetooth. Le téléphone, équipé de l’application qui va bien, est connecté en 3G et effectuera les transactions lorsqu’une carte bleue sera en contact avec votre terminal mobile. Vendu 19€, le boîtier est simple à transporter et fonctionnera toujours dès lors que votre smartphone sera connecté au réseau 3G. Pour se rémunérer, Sum Up et iZettle s’accordent une commission de 1,75% sur chaque vente. À vous de revoir vos tarifs en conséquence.

Le virement

Très connu des auto-entrepreneurs, vous avez la possibilité d’indiquer sur les factures éditées avec bonjourautoentrepreneurs.fr vos coordonnées bancaires (si vous n’avez pas encore de compte pro, voir notre sélection de banques pour auto-entrepreneurs. Le virement bancaire est le moyen le plus sécurisé pour récupérer vos paiements auprès de vos clients. Il n’y a pas de montant limité et les virements sont généralement effectifs sous une semaine. C’est simple et gratuit. Seul inconvénient, c’est le client qui a la main sur le timing, d’où la prochaine proposition…

Le prélèvement

L’outil en ligne GoCardless, vous offre la possibilité de prélever directement votre client selon la récurrence de votre choix. Vous définissez votre offre via la plateforme et invitez votre contact à procéder à l’ordre de prélèvement directement en ligne. Vous pouvez ensuite suivre via une interface toutes vos transactions et ne plus vous soucier des rentrées d’argent. GoCardless s’offre 1% de commission sur la transaction plafonnée à 2€ maximum.

C’est maintenant à vous de peser le pour et le contre, en fonction de votre organisation et de la récurrence des encaissements de vos clients. Certaines solutions s’adapteront mieux à la vie d’un freelance et d’autres à de petits commerces. Néanmoins, vous avez maintenant toutes les cartes en main pour facturer et encaisser vos clients.

Visuel par rawpixel.com

Vos factures sont prêtes et vous allez encaisser les règlements de vos premiers clients. Mais pour recevoir vos paiements, il vous faut un compte bancaire professionnel. En effet, les auto-entrepreneurs ont l’obligation d’avoir un compte séparé de leur compte personnel pour encaisser des paiements. Heureusement, de nombreuses banques se sont lancées sur le segment des auto-entrepreneurs et des freelances. Une chance pour vous, car les offres sont souvent avantageuses et sans engagements.

Voici notre sélection des 4 banques en ligne pour auto-entrepreneur ou freelance :

Qonto

La startup française s’est rapidement fait une place sur le marché des néobanques en France. Elle propose plusieurs formules, dont une spécialement dédiée aux auto-entrepreneurs. Une offre à 9€ qui vous permet de gérer vos transactions, payer par CB (Mastercard) en illimité, encaisser vos clients et suivre vos dépenses au quotidien.

Les + : Expérience utilisateur la plus optimisée / Implémentation de nouvelles fonctions très rapide

Les - : Frais annexes assez élevés

Shine

Française également cette néobanque propose une offre spéciale pour auto-entrepreneurs à 4,90€. Shine présente toute une panoplie de services annexes à l’activité bancaire. Vous avez la possibilité de suivre l’avancée de votre chiffre d’affaires, de vos prélèvements sociaux et d’estimer vos charges à venir. Côté banque, vous disposerez de l’ouverture d’un compte professionnel, d’une Mastercard, 20 virements (entrants & sortants) et prélèvements / mois.

Les + : Très complet / Outils de gestion / Chat 7j/7

Les - : Pas de version desktop (mobile uniquement)

N26 business

C’est l’offre la plus abordable de notre sélection, elle est tout simplement gratuite. La néobanque allemande propose une offre business dédiée aux auto-entrepreneurs. Chez N26 vous serez équipé d’une Mastercard et de la mise en place d’un cashback de 0,1% sur tous vos achats avec votre carte. C’est la seule banque qui propose cette opportunité et ce n’est pas négligeable lorsque l’on démarre.

Les + : Gratuit / Pas de commission lors de paiement en devises / Crée des passerelles avec d’autres services (Stripe notamment)

Les - : IBAN allemand (peut poser problème avec l’URSSAF) / pas d’encaissement de chèques

Any.time

Très complet également, c’est la néobanque pour auto-entrepreneurs qui a le plus « d’ancienneté » (créée en 2012). Pour 9,50€ /mois, la néobanque propose une carte Mastercard, l’encaissement des chèques, 20 virements (entrants & sortants) et prélèvements / mois, un compte personnel vous sera aussi créé en plus du pro pour bien différencier vos dépenses. Enfin, elle propose une multitude de services qui peuvent se trouver très intéressants notamment pour les ventes de produits physiques. En effet Any.time, vous permet d’encaisser vos clients via différents terminaux de paiements (SumUp ou Smile&pay), ou directement via une interface en ligne.

Les + : les terminaux de paiement (physique ou en ligne)

Les - : avoir un compte perso peut faire doublon / 1 seul chèque encaissable par mois dans l’offre de départ.

Pour approfondir les recherches et trouver la néobanque qui vous correspond le mieux. Nous vous conseillons de regarder également du côté de la banque en ligne finlandaise Holvi et de manager.one

Vous pouvez maintenant facturer vos clients en toute tranquillité et commencer à développer votre activité.

C’est l’heure de déclarer vos revenus. Vous avez facturé vos clients en 2018, il est maintenant temps d’indiquer à l’administration fiscale le montant du chiffre d’affaires que vous avez perçu (hors taxes annuelles). Mais attention ! Il existe deux régimes fiscaux : le régime fiscal classique de droit commun et le régime optionnel du prélèvement libératoire de l’impôt sur le revenu. Le choix est défini lors de la création de votre auto-entreprise. Vous pouvez vous référer à vos déclarations URSSAF afin de connaître le régime auquel vous êtes soumis.

Le régime classique : le prélèvement à la source

En tant qu’auto-entrepreneur, l’administration fiscale vous considère comme un entrepreneur individuel soumis à l’impôt sur le revenu dans les catégories suivantes :

  • bénéfices industriels et commerciaux (micro-BIC) pour une activité commerciale ou artisanale ou
  • bénéfices non commerciaux (micro-BNC) pour une activité libérale.

Le montant du chiffre d’affaires annuel bénéficie d’un abattement fiscal forfaitaire pour vos frais professionnels. Le montant varie en fonction de vos activités :

  • 71 % du CA pour les activités d’achat-revente ou de fourniture de logement ;
  • 50 % du CA pour les autres activités relevant des BIC ;
  • 34 % du CA pour les BNC.

Il vous faudra alors reporter le montant de votre chiffre d’affaires encaissé brut sans abattement (BIC) ou de vos recettes (BNC) dans la déclaration de revenus complémentaire n°2042-C Pro, dans les parties :

  • « revenus industriels et commerciaux professionnels / Régime micro BIC » ou
  • « revenus non commerciaux professionnels / Régime micro BNC » en fonction de votre activité.

2019 : une année spéciale Votre déclaration faite en 2019 pour vos revenus de 2018 est une déclaration spéciale. En effet, 2018 est considérée comme une « année blanche », suite à l’arrivée du prélèvement à la source. L’impôt est maintenant prélevé sous forme d’acomptes mensuels ou trimestriels. Ils sont calculés sur la base de votre déclaration de revenus.

Pour éviter une double imposition, l’année 2018 dite « blanche » efface via un crédit d’impôt les revenus « non exceptionnels ». Seul les revenus exceptionnels (indemnités de licenciement, primes de départ à la retraite, primes/gratifications sans lien avec le contrat de travail…) seront imposés pour l’année 2018. Le caractère exceptionnel sera aussi défini en comparant vos bénéfices des années 2015, 2016 et 2017.

Exemple proposé par le site du gouvernement :

	en 2015, votre bénéfice est de  20 000 €
	en 2016, votre bénéfice est de 26 000 €
	en 2017, votre bénéfice est de 18 000 €

En 2018, votre bénéfice est plus élevé que les 3 années précédentes : 32 000 €. 

En 2019, seule la partie des bénéfices 2018 qui dépasse le plus élevé des bénéfices des 3 dernières années est imposable soit : 32 000 € - 26 000 € = 6 000 €

Le régime optionnel : le prélèvement forfaitaire libératoire

Ici, votre impôt sur le revenu est prélevé lors du paiement de vos cotisations sociales à l’URSSAF mensuellement ou trimestriellement. Contrairement au régime classique qui applique un taux variable en fonction de vos revenus, l’administration impose un taux fixe en fonction de votre secteur d’activité :

  • 1 % pour les entreprises de vente ou de fourniture de logement
  • 1,7 % pour les entreprises réalisant des prestations de service
  • 2,2 % pour les titulaires de bénéfices non commerciaux.

Même si vous avez déjà renseigné votre chiffre d’affaires lors de vos déclarations URSSAF, il vous est aussi demandé de remplir la déclaration de revenus complémentaire n°2042-C Pro dans l’espace « Auto-entrepreneur ayant opté pour le prélèvement obligatoire ».

La déclaration de revenus est une étape obligatoire pour toutes les micro-entreprises. Maintenant que vous êtes au point, à vous de jouer !

Il arrive que l’on ait encore besoin de se former lors du lancement de son activité d’auto-entrepreneur. Vous souhaitez facturer votre premier client avec Bonjour Auto-entrepreneur mais vous vous posez des questions sur vos compétences… Le site LiveMentor propose une sélection de formations dédiées aux entrepreneurs et freelance. Nous vous proposons un focus sur ce nouveau partenaire de Bonjour Auto-entrepreneur et une surprise en fin d’article ;).

LiveMentor c’est une école pure-player pour entreprendre, qui compte à son actif, plus de 220 000 élèves formés sur son offre gratuite et 4000 sur les formations payantes. L’ensemble de la formation se déroule en ligne et couvre 8 thématiques (Réussir en freelance, Marketing digital, Facebook, Instagram, Wordpress…) Que vous soyez indépendant, artisan, artiste ou professionnel du marketing, vous trouverez forcement la formation qui vous correspondra le mieux.

Les atouts de LiveMentor

Votre coaching s’organise autour de cours vidéos accessible 24h/24 et 7j/7. Ils sont mis à jour en permanence, pour suivre les évolutions des disciplines enseignées. Des cas pratiques complètent la formation pour vous permettre de commencer rapidement à mettre en application vos nouvelles connaissances.

Pendant votre coaching vous avez donc accès à des cours en vidéos mais également à des entretiens individuels et illimités avec les experts de l’équipe de Livementor. Ils se déroulent sous forme de visioconférences. Ce sont des moments d’échanges et de questions/réponses. Les mentors sont là pour aiguiller les élèves et les aider à avancer, en posant les bonnes questions, mais aussi pour les rassurer et les motiver.

Le coaching et la bibliothèque de cours sont les deux forces de LiveMentor. Mais une troisième vient compléter le tableau : la communauté.

La plateforme de e-learning, s’appuie sur une communauté de plus de 3500 fidèles. Réuni sous forme de groupe facebook, fini la solitude de l’auto-entrepreneur. Des rencontres physiques sont aussi organisées pour permettre d’étendre votre réseau localement.

Bonjour Auto-entrepreneur s’est associé à LiveMentor et nous vous proposons une réduction de 10% sur votre prochaine formation LiveMentor. Une belle opportunité pour vous lancer et ensuite facturer votre premier client avec Bonjour Auto-entrepreneur !